WikiCM, le blog du pôle d'expertise en éducation à la citoyenneté mondiale

La 5G, choix technologique, enjeu citoyen

 « Il faut que nous soyons clairs sur le rôle que l’on veut faire jouer aux technologies. Ce n’est pas l’homme qu’il faut mettre dans la boucle, c’est la machine qui doit rentrer dans la logique humaine et sociale »

Michel Baudouin Laffont sur France Culture

Alors que nous sommes tous et toutes confiné.e.s, l’introduction de la 5G par Proximus dans 30 communes et le foisonnement d’articles sur ses différents impacts notamment en terme de  santé nous posent problème. En effet, le numérique, ce « nouvel or noir du 21e siècle » (The Economist, 2017), qui est devenu une priorité dans l’ensemble des activités humaines au Nord comme au Sud n’est que trop peu souvent questionné d’un point de vue éthique, démocratique, social, environnemental,…

L’innovation technologique ? Pourquoi pas… Mais pour répondre à quels besoins et avec quelles conséquences et implications, au Nord et au Sud ? Ce sont ces questions qu’il nous semble important de vous partager et qui devrait pour nous être au cœur du débat public. À la fois parce que, comme toute technologie, la 5G n’est pas neutre[1] mais aussi et surtout parce que derrière un enjeu qui semble a priori ne concerner ici que l’échelon local, se cachent en vérité des enjeux globaux qui interpellent !

S’il est indéniable que la 5G est une réelle rupture technologique, qu’elle est annonciatrice, selon ses promoteurs, de bénéfices multiples pour quasi l’ensemble de l’humanité, nous ne pouvons faire l’économie de la balance entre les potentielles conséquences positives et négatives que son déploiement implique.

Si la « guerre » fait rage entre soutiens inconditionnels et opposants farouches, nous avons  identifié quatre enjeux essentiels qui devraient, a minima, faire jouer à plein le principe de précaution établi par l’ONU à Rio en 1992. Celui de la santé publique d’abord, domaine sensible s’il en est comme nous le rappelle la crise actuelle, avec des conséquences sanitaires qui restent soumises à des incertitudes dans la communauté des chercheur·se·s et doit pousser à investiguer davantage les effets des ondes millimétriques sur la santé humaine[2] . Celui de l’environnement ensuite, où les effets et les conséquences vont encore amplifier et accélérer ceux que l’on connaît déjà aujourd’hui : croissance des activités extractives, principalement situées au Sud, obsolescence d’une série d’équipements accroissant encore la quantité de déchets produits (souvent envoyés par ailleurs au Sud) et augmentation de la consommation d’énergie alors que la crise climatique nous invite à plus de sobriété[3]. Celui de la fracture numérique et des inégalités entre le Sud et le Nord qui, dans la configuration actuelle de l’économie et de la domination des plateformes numériques par le Nord, risquent encore de s’accroître[4]. Et last but not least, celui de la démocratie et du contrôle citoyen lié notamment à la génération et l’utilisation d’une énorme quantité de données gérées par les fameux GAFAM et autres géants du numérique ou encore les risques de contrôle des citoyens et d’affaiblissement de la protection et de la réglementation sociales pointés par la CNUCED. Il n’est dès lors pas certain que l’ère numérique soit par définition, favorable aux droits de l’homme !

Sur base de ces éléments, difficile d’admettre que le déploiement de la 5G et celui du numérique en général puissent obéir uniquement à de pures logiques de marché sans considération pour le bien commun. Terrain glissant à l’heure actuelle jugerons certains, alors que le numérique semble nous montrer, plus que jamais, qu’il est fondamentalement au service de ce dernier. La position est inconfortable certes mais nous restons convaincus que par-delà cette évidence « non discutable » aujourd’hui, un contrôle démocratique et la prise en compte des conséquences de son introduction, notamment sur les populations du Sud et sur les relations Nord-Sud sont essentiels. Cette technologie nous rappelle avec force la nécessité de son encadrement adéquat, qu’il s’agisse d’édicter des normes ou encore de travailler à plus d’égalité pour réduire la fracture numérique.

Le numérique étant un sujet controversé mais central dans nos vies, il nous semble nécessaire de se renseigner sur son fonctionnement, de comprendre ses implications locales et globales afin de pouvoir se positionner et agir en tant que citoyen critique et actif.

Alain Laigneaux et Hélène Defourny


[1] « Les systèmes techniques sont des structures politiques en ce sens qu’ils ouvrent et contraignent les choix de vie et d’organisation qu’une société peut se donner’ », in ’Choix technologiques, choix de société, Slove R. Eds C.Léopold Meyer

[2] Signalons à ce propos, comme l’a souligné la Commune d’Ottignies-Louvain-la-Neuve, une des 30 communes concernées,  que le déploiement en Région wallonne est soumis à une évaluation sur les plans environnemental, de la santé publique, de l’efficacité économique, de la sécurité des données et du respect de la vie privée (cf. Déclaration de politique wallonne 2019)

[3] Pour être précis, l’efficacité énergétique, défini comme la quantité d’énergie nécessaire pour transmettre un bit d’information, diminuera en 5G grâce à l’introduction de nouvelles technologies plus avancées. Cependant, le débit total de bits d’information augmentera de telle manière que la consommation globale restera significativement augmentée, malgré l’amélioration de l’efficacité énergétique. De plus, il faut considérer l’énergie associée à l’ensemble des processus industriels liés qui tous consomment de l’énergie (fossile pour l’essentiel) et produisent des gaz à effet de serre (GES). Le déploiement de la 5G et l’Internet des objets (IdO) va fortement accélérer la donne.

[4] Ce que pointe très bien un récent rapport de la CNUCED qui n’hésite pas à dire que « La tendance actuelle à l’accroissement des inégalités, loin de s’inverser, pourrait, au contraire, s’accentuer » (p.111) ou encore que « … la trajectoire actuelle de l’économie fondée sur les données laisse à penser qu’il est peu probable qu’elle contribue à la réalisation des ODD »(p.113) Rapport sur l’économie numérique. Création et captation de valeur : incidences pour les PVD. CNUCED 2019

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “La 5G, choix technologique, enjeu citoyen”